Génèse

Retour Chroniques drakeniennes

Si je me souviens bien, ce que frère Balasar avait pu me raconter à l’époque de notre rencontre, la compagnie se forma en 1479 CV, année de l’Eternel soit 94 ans après l’événement apocalyptique appelé Magepeste qui changea à jamais la face de Toril, de son jumeau oublié Abeir et des plans eux-mêmes.

Au départ, ils étaient cinq à avoir été recrutés par un certains Draken. Cinq jeunes gens, tous d’origines et d’horizons différents engagés sous contrat par un gnome étrange et curieusement très persuasif: Balasar Stormraven, le prêtre drakonique de Kord au coeur et à l’âme valeureuse, Corran Lenwë, le rôdeur elfe à la mortelle précision, Korlac le barbare aussi sauvage que fidèle envers ses compagnons, Kallista la sorcière tiefelline, sombre et mystérieuse, et Shaëna l’halfeline aussi délicieuse que chapardeuse.

Le groupe s’étoffa par la suite, et de nombreux membres disparurent en chemin, mais la compagnie remplissa à la perfection le rôle pour laquelle Draken l’avait imaginé. La particularité de cette compagnie était que ses membres avaient tous été recrutés sous contrat dans le but de remplir diverses missions pour le compte d’un employeur aussi mystérieux que perspicace. Le tout en colportant la gloire de leurs réussite en son nom. Mégalomanie, glorieux combat pour le compte des Dieux ou simple désir de graver son nom dans l’histoire des Royaumes Oubliés? Je connais évidemment la réponse à tout ça mais je ne puis vous en dire plus sans vous détailler leurs chroniques. Ce n’est qu’à la fin, que vous comprendrez le fin mot de l’histoire.

Leur première mission, mais non la moins importante, fut de détruire un sorcier de shar en cavale et de récupérer un sombre grimoire qu’il souhaitait utiliser pour ouvrir un portail vers la Gisombre. Sans aller jusqu’à dire qu’elle était simple à remplir, elle fut évidemment un succès. Mais elle permit surtout au groupe à faire ses premiers pas ensemble. Des personnes issues de peuples et de milieux tous différents ne sont jamais simples à faire travailler ensemble. Mais contrairement à la plupart des regroupement d’aventuriers ou de mercenaires, cette compagnie se devait d’avoir des résultats. Un contrat avait été signé, et étrangement tous ses membres semblaient ne jamais vouloir le rompre.

Le sorcier fut donc éliminé et le sombre grimoire récupéré. Mais par la volonté de Draken ou celle des Dieux, le plus important était que cette mission les avait entraîné directement vers le Val de Nentir; un val perdu entre les pics d’Evereska, qui bordent l’extrême ouest du royaume de Nétheril, et les chaînes montagneuses des Pics Gris, extrême Est du Vallon Gris. Après réflexion, ce lieu sauvage fut finalement le point de départ de toute l’histoire et la compagnie son déclencheur. J’ai beau repasser tous les événements dans ma tête, me ressasser tous mes souvenirs et compiler ceux des autres, j’en arrive toujours à la même déduction: les sombres événements qui eurent lieu par la suite ont tous pour origine, directement ou indirectement, les membres de la compagnie.

Quoiqu’il en soit, la chasse au sorcier les avaient donc menée jusqu’à la Maison des Cinq-Lieues (aussi appelée l’Auberge des Cinq-Lieues). Cet établissement est le premier signe de civilisation humaine dans l’extrême Est du Val (Martel situé en bordure des Monts d’Aubeforge est une cité naine; l’unique soit dit en passant). Pour information, le Val a été fondé par les descendants des colons de l’ex-empire de Nétheril quatre siècles auparavant.

Pour en revenir à l’auberge, c’est dans ce lieu de passage que le groupe reçu sa deuxième mission. Une mission d’importance dont l’objectif était de déjouer les plans d’un culte de Shar qui sévissait en secret dans le Val. Comment Draken avait eu vent de l’activité de ce culte? Le groupe n’en avait cure et n’en connaîtrait la réponse que bien plus tard. Quoiqu’il en soit, ils avaient les mains libres pour dénicher et éliminer les membres du culte.

C’est ainsi qu’ils arrivèrent à Cascadonne, la principale cité humaine du Val. Malgré des signes ostentatoires d’un glorieux passée, Cascadonne n’était plus que l’ombre d’elle même. Ravagée par la dernière guerre qui supprima 70% de la population du Val (principalement à la bataille des lances sanglantes), Cascadonne ne s’en était jamais véritablement remis. Les derniers seigneurs connus étaient l’actuel seigneur du Val, Faren Markelais, descendant de Aranda Markelais la fondatrice du Val, et Padraig le seigneur de Havrefroid, la dernière ville humaine située dans les contreforts Est des Pics Gris, à l’extrême Ouest du Val. Le reste était déserté de toute présence humaine, et plutôt occupé par des créatures aussi dangereuses que variées. En bref, les rares populations humaines qui survivaient encore dans ces contrées oubliées s’agglutinaient autour de Cascadonne, Havrefroid, un village de pêcheur au Nord-Est appelé Nênlast, un village de forestiers au sud de Cascadonne appelé Sylvesgourde et celui de la forêt de Blantronc au nord que l’on appelle Sombre-écorce.

La vie dans le Val était dure et sans réel espoir. L’économie en était réduite au minimum vitale et rares étaient les échanges commerciaux effectués en dehors du Val, car rares étaient les marchands suffisamment courageux pour braver les contrées sauvages. Le seigneur local avait d’ailleurs beaucoup de mal à rendre le Val aussi sécurisé qu’il l’était par le passé et ses dernières prérogatives étaient loin d’arranger la situation. Les troupes locales étaient si peu nombreuses qu’elles suffisaient à peine à protéger Cacadonne. C’est pourquoi une guilde de mercenaire avait fini par être appelé par le seigneur local et les différents marchands locaux afin de protéger les convois de marchands au travers la contrée. D’ailleurs, si je me rappelle bien, le seul acte censé qu’avait pu mettre en oeuvre le seigneur Farn était la constitution d’un conseil local composé de lui-même et des six maisons marchandes de Cascadonne à savoir la Maison de négoce Naerumar, la maison Azaer, la Maison Sandercot, la maison de commerce Milune, la brasserie de la Lune Bleue et le Domaine Kamroth. Enfin, en apparence du moins. Car malheureusement pour les habitants du Val, la corruption et le mal s’étaient immiscés lentement mais sûrement dans la petite contrée.

Si je me rappelle bien, le groupe fut rejoint par deux nouvelles recrues: une shaman féral longues-dents dénommé Nefle puis un peu plus tard un gardien goliath du nom de Bobyr. Le groupe décida alors de jouer la carte d’aventuriers en quête de gloire, renommé et richesse. Une partie composé de Balasar, Corran, Korlac, Shaëna et Nefle décidèrent d’éliminer une menace kobolds et gobelines le long de la route du Roi proche du bois de la Cape, pendant que Kallista et Bobyr se chargeaient d’enquêter en douce dans la ville. Le nettoyage de la Bastide au kobold (demeure en ruine d’un ancien petit seigneur du Val, mort depuis longtemps) fut rapide et riche en enseignement. Pour les membres de la compagnie, cette quête leur permit de mieux travailler leur tactique, de mieux appréhender les forces et les faiblesses de chacun et surtout d’apprendre que le Val était finalement en grand danger. En effet, ils trouvèrent dans les affaires du jeune dragon blanc qui dirigeait la petite bande, deux courriers. Le premier écrit en draconique et signé par un seigneur gobelin du nom de Dentefer vivant apparemment dans les Pics Gris, réclamait le rattachement du groupe à sa bannière de guerre. Le second, écrit en commun et signé par un certains V.D, demandait à la bande d’attaquer les caravanes sur la route du Roi. Ce dernier message était sûrement le plus troublant car il y était stipulé que la bande serait régulièrement avertie des caravanes à attaquer.

Très rapidement, le succès de cette quête permit aux habitants de Cascadonne d’entrevoir enfin un espoir. Mais au-delà de cette belle considération, elle permit surtout à la compagnie Draken de se décrocher de nouvelles quêtes. Étant le premier groupe d’aventuriers qui se présentait dans la région depuis de nombreuses années, avec en sus la volonté d’aider, il était compréhensible que nombreux furent ceux qui leur demandèrent d’agir pour leur compte ou celui de la ville. Ainsi, divers missions telles que nettoyer d nouvelles bandes de kobolds et de gobelins, de retrouver une caravane perdue non loin de Nênlast, de se renseigner sur ce seigneur de guerre gobelin dans les Pics Gris, et… de destituer le seigneur local Faren. Cette dernière mission fut confiée par un certains Sédim Selduzar. Selon lui, Faren Markelais était un imposteur qui, contrairement au véritable seigneur, semblait détenir un puissant contrôle sur toutes les ressources de la ville que ce soit marchandes ou militaires dans le but de s’enrichir. En effet, il s’est avéré par la suite que Faren avait réussi à contrôler les marchands de Cascadonne au travers d’un contrat maudit qui forçait ses signataires à se soumettre à son créateur. Faren parvint ainsi à forcer les six maisons marchandes à lui reverser 60% de leurs bénéfices tout en les forçant à engager les services exorbitants de la guilde des mercenaires pour les protéger des attaques sur les routes marchandes; attaques elle-mêmes fomentées par le vil seigneur.

Ce qui leur permit de remonter la piste fut la quête du trafic d’essences magiques sur Sombrécorce dans la forêt de Blantronc. Un trafic organisé par la maison marchande de Naerumar, seule maison dont les caravanes n’étaient jamais attaquées. Balasar, Corran, Shaena et Korlac furent donc envoyés à Sombrécorce pendant que Bobyr, Kallista et Nefle furent chargés de nettoyer un autre nids de kobolds le long de la route marchande, non loin du Pic du tonnerre.

Génèse

Les Chroniques des Ombres Johankov